11. sept., 2020

Accepter les signes extérieurs du handicap

Qui vous parle de vous laisser aller ? Le plus important n’est il pas de pouvoir faire ce que l’on aime. Et si vous n’avez pas de possibilité de marcher sans aide, faut’il se priver par peur du regard des autres. Le jour ou j’ai dû m’assoir sur un travel scoot j’ai eu honte de ma situation d’handicapée mais j’en ai fait ma force au fil du temps. Le plus important pour moi n’est pas d’être pomponnée mais de découvrir des populations pauvres ou riches à travers le monde. Il y a tellement de beauté et de gens fabuleux à rencontrer. Pour cela, j’ai accepté la chaise roulante, le Travel Scoot, la chaise à porteur, et les bâtons de marche. Je loue les services de personnes qui peuvent me monter sur un cheval en Chine sur la route de la Soie, randonner sur un chameau dans le désert de Gobie, en moto taxi dans les montagnes du Vietnam, en char à bœuf au Cambodge, quad en Namibie...

Le bonheur en contre partie des bâtons nordiques ! J’ai fait mon choix