Ethiopie 2/2 - Les tribus du Sud (08/2019)

Jeune femme Dassanech

LE PEUPLE DORZE - Arbaminch

Départ du Nord pour le Sud de l'Ethiopie - Vol pour Addis et Arbaminch

Nous nous rendons sur les Monts Gughe, en territoire de l’ethnie Dorzé, à la rencontre de cette tribu d’anciens guerriers reconvertis dans l’agriculture et dans le tissage. Leurs villages sont constitués de huttes en bambou pouvant faire jusqu’à 10 mètres de haut.

Les Dorzés sont un petit groupe ethnique en Éthiopie. Avec une population d’environ 28 000, ils vivent principalement dans la région sud du pays, bien que certains aient migré vers Addis-Abeba et d’autres régions. Beaucoup de Dorzés vivent dans des villages près des villes de Chencha et Arba Minch.

Le tissage est une profession principale pour beaucoup de Dorzés. Ils sont aussi agriculteurs, ils empêchent l’érosion des sols avec un terrassement ingénieux de la montagne. Autour de leurs huttes, ils ont un petit jardin avec des légumes, des épices, mais aussi du tabac et de la banane.

LES HUTTES DU PEUPLE DORZE

Intérieur d’une hutte Dorzé

Le peuple Dorzé est célèbre pour ses huttes en forme de ruche qui sont construites avec des poteaux de bois verticaux et du bambou tressé. Selon les habitants de cette imposante structure, elle peut être aussi haute que 12 mètres et durer de 60 à 80 ans. Traditionnellement, les bambous qui sont utilisés comme cadres pour les huttes Dorzé sont coupés pendant le clair de lune. Pour l’isolation, le toit de la hutte est en chaume. Au fil du temps lorsque les termites détruisent le sous-sol des huttes, après avoir enlevé la partie pourrie du sous-sol, toute la structure peut être soulevée et déplacée dans un endroit différent. Cette pratique explique pourquoi la cabane est d’abord construit si haute. Plus la hutte est petite, plus elle est ancienne.

Home Sweet Home

Tissage du coton

fabrication de galette à partir de la feuille de faux bananiers

Cuisson de la galette

Dégustation de la galette végétale avec de l'alcool d'ail...

Les tribus du Sud de l’Ethiopie : Vallée de l’Omo

Pierre et une jeune femme de la tribu HAMER

 

Tribus des HAMERS 

vivent dans le sud-ouest de l’Ethiopie dans une zone fertile de la vallée de l’Omo (Frontière du Kenya) Ils représentent 0,1 % des 108 millions d’habitanrs.

Ce sont surtout des éleveurs de bovins, le bétail occupe donc une place très importante dans leur culture. Les Hamers sont semi-nomades. Ils suivent un itinéraire, tracé par leurs ancêtres, avec de nombreux points d'arrêt. Durant leurs longues pauses, si la saison s'y prête, ils se mettent à l'agriculture, plus particulièrement la culture du Sorgo. Ils vivent dans des huttes précaires, qui conviennent à leur vie semi-nomade.

Les Hamer sont des pasteurs semi-nomades ; ils vivent dans l’une des régions les plus arides de la savane méridionale du sud-ouest éthiopien, entre les terres fertiles de l’est et les rives de l’Omo. Dans cette région, seules des termitières de plusieurs mètres de haut, qui s’élèvent comme des cheminées, les acacias, les Adenium obesum, aux fleurs roses et rouges et la broussaille brisent la ligne de l’horizon.

Les Hamers ont un sens particulier de l'esthétique, et les deux sexes accordent beaucoup de temps à s'embellir. Les femmes portent un habit fait de trois peaux de chèvre décorées. Elles ont de nombreux bracelets en cuivre, fabriqués à partir des douilles de « kalach » autour des avant-bras. Elles coiffent leurs cheveux en fines locks, qu'elles enduisent d'un mélange de beurre et d'ocre rouge.

Les hommes portent aussi les colliers, mais de façon moins importante. Ils ont les oreilles percées, dans lesquelles ils insèrent plusieurs anneaux d'argent.

Femme Hamer

Huttes Hamer

Intérieur d’une hutte

Intriguée par mon Travel Scoot

Elle nous prépare le café

Les enfants adorent faire des tours

Mon Travel Scoot a été l’objet de toute leur attention et a permis de briser « la glace »!!! Leur curiosité l’a emportée sur leur méfiance et leur réticence à se faire prendre en photos. Il a brisé la gêne ressentie par mon intrusion dans leur vie tels des voyeurs.

les enfants hésitants au départ, se pressaient tous autour de moi pour monter sur mes genoux et faire un tour. Certains ado l’ont même essayé tout fiers de leur audace ! Un grand moment de partage pour nous tous.

Tribu des DASSANECH

Hutte traditionnelle Dasannech

Les Dassanech sont des éleveurs nomades. Ils suivent les pluies tous les trois mois afin de nourrir leurs troupeaux, leur village est éphémère. L'ethnie Dassanech est composée d'environ 30.000 membres,  elle se repartie sur les deux berges du fleuve Omo, une partie en Éthiopie et une partie sur le iterritoire Kényan.

Les Dassanech sont le fléau de leurs voisins. Ils ont autant d’armes qu’ils veulent, et ils s’en servent on ne peut mieux. De plus, l’habitude qu’ils ont d’émasculer leurs adversaires confère à leurs brigandages une réputation des plus sinistres. Avec une régularité cyclique, leurs razzias s’abattent sur les Nyangatom, les Hamar, les Gabbra, les Rendille ou les Turkana, et sur quiconque possède du bétail.

Isolés du reste du monde au coeur de l’une des régions les plus inaccessibles et les plus agitées d’Afrique, les Dassanech continuent à vivre selon leurs traditions. À l’exception des fusils automatiques, rien de la civilisation moderne ne semble les intéresser.

Le guide n’a pas souhaité nous y conduire dans l’après midi car les hommes revenus des lieux de pâturage pouvaient se montrer agressifs... 

Mon Travel Scoot une fois encore a bien servi. Femmes et enfants sont restés emerveillès par ce qui leur semblait un jeu fantastique. Encore une fois, il a permis un moment d’échange plein  joie et de rire. Comme quoi l’handicap peut créer des instants de grands Bonheur. 

  • Enfants Dassanech

La vallée de l’Omo et découverte de l’ethnie KONSO

Village Konso

Poursuite de notre périple dans la vallée de l’Omo, à la découverte des traditions et des coutumes de l’ethnie Konso, en immersion dans leur village.

Le peuple Konso vit au sud-ouest de l’Éthiopie, dans la Région des nations, nationalités et peuples du Sud, au sud du lac Abaya. Ils vivent notamment à Konso, localité éponyme. Les Konsos ont développé un style de construction défensif, avec des villages sur les sommets, protégés par des fortifications. Un village Konso est une composition gracieuse de murs de roche et de bois. Leur mode de vie dépend largement de l’agriculture et implique l’irrigation et la mise en terrasse des pentes de montagne. Ils font pousser leurs récoltes sur les terrasses, utilisant ainsi tout le terrain possible.

Pierre a failli se faire agresser!

En effet, alors que nous étions en promenade dans le village, le guide nous a indiqué pouvoir faire des photos. Là impossible de rouler dans les mauvais chemins en trotinette ! C'est donc à pied avec mes bâtons de marche que j'ai effectué une heure de marche en m'asseyant très souvent. Pierre a voulu prendre une photo d'une femme et de ses enfants. Elle s'est mise à hurler et a voulu lui jetter un cailloux à la tête. Sans la présence du guide pour la calmer, je ne sais pas où cela nous aurait conduit...

Dans le village, pas question de sortir le Travel Scoot. J'attendait Pierre entourée d'adolescents qui se seraient battus pour l'utiliser et le chauffeur m'a deconseillé de leur montrer. 

  • Hutte Konso

  • Hutte Konso

  • Hutte à palabres

Totem Konso. Chaque village a son propre Totem

Jeune fille Konso. Elle apporte le fourrage aux bêtes.

Les chemins du village KONSO

Détail d'une porte d'entrée

Les animaux vivent à l'intérieur des cours.