ÉTHIOPIE 1/2 - Des Hauts Plateaux du Nord aux Tribus du Sud (08/2019)

Parc National du Siemen

ADDIS ABEBA, une capitale en plein essor à 2 500 m d'altitude.

Addis Abeba

Pour cette première journée en Ethiopie, visite de Addis Abeba. Impression mitigée entre des buildings flambant neufs, un centre ville moderne, des banques, des entreprises chinoises bien établies et l'immense pauvreté du reste des habitants.

Visite du musée entropologique très intéressant.  Visite du Musée National et découverte de Lucy. Un des 1er hommes, en l’occurence une femme, vieille de plus de 3,18 millions d’année.

ADDIS ABEBA : Une ville moderne en plein développement, mais aussi une ville «campagne» avec des chevaux, des chèvres, des buffles dans les rues, ainsi que des ânes tirant des charettes de bois.

  • Images d'Ethiopie

    Axum - Marché aux paniers

  • La voiture de Mme est avancée

  • Enfants rencontrés en chemin

Une jeunesse sans emplois et désœuvrée

De trés nombreux bidon villes entourent la ville qui s'étend de plus en plus. Dans les rues nous voyons partout une très grande population de jeunes totalement illetrés et désoeuvrée. Nous avons ressenti un malaise, une impression que tout peut exploser au moindre problème. Ces gens ne nous aiment pas, en tout cas les jeunes...Bien souvent nous ne reconnaîtrons pas l'Afrique que nous connaissons : pauvre mais pleine de gaité. Cette population a souffert et cela se voit dans les regards.

Toutefois toutes les personnes en contact avec le tourisme sont aimables, attentives et serviables. Le problème vient de la pauvreté des gens qui ne bénéficient pas du tourisme et sont sans espoir d'amélioration de leur conditions de vie.

Le pays compte 105 millions d’habitant dont plus de 80 % de fermiers.

marché aux chèvres

L''economie de l'Ethiopie est fondée sur une agriculture vivrière sensible aux variations climatiques, en particulier du régime des moussons. Enfin, la densité assez élevée d'habitants sur les hauts plateaux entraîne une déforestation qui génère une érosion des sols et une diminution de leur fertilité. 

La famine qui a touché l'Éthiopie en 1984 et 1985 avec 1 million de mort est en fait composée de deux famines qui ont sévi simultanément dans le pays, l'une au sud et la seconde, qui fut la plus sévère, au nord. Dans le nord, l'insurrection du Front de libération des peuples du Tigré et la contre-insurrection gouvernementale furent les causes ultimes de la famine, même si sa cause première était les faibles précipitations de 1984. Dans le sud, la famine était associée avec l'insurrection du Front de libération Oromo.

Une réelle volonté politique de développement

Aéroport de Lalibella

Le jeune 1er ministre qui a tous les pouvoirs veut en faire le pays le plus développé d'Afrique. La volonté est bien là et Addis Abeba en est la vitrine, mais le chemin paraît encore bien long. Ethiopiane Air line est un parfait exemple de réussite. Des aéroports neufs sont construits un peu partout et en particulier dans les sites touristiques, les pistes sont neuves et entretenues. Addis Abeba devient le hub majeur et la plus grande compagnie du continent Africain. Les chinois créent des immeubles et des routes à travers le pays. Nous avons d'ailleurs circuler en avion la plupart du temps.

De nombreuses Ethnies composent la population Éthiopienne

Guide et garde chargé de notre sécurité

Les Ethiopiens sont "des guerriers" dans l'âme, ils ont combattu  et repoussé toutes les tentatives de colonisation et ils en sont très fiers.
Une multitude de tribus et d'etnies différentes composent ce pays 5 fois plus grand que la France. Un rien entraîne des combats inter-éthniques. Suite à l'assassinat d'un ministre en juin, nous serons très souvent controlés sur la route par des militaires à la recherche d'armes.

LE PARC NATIONAL DU SIEMEN

Les zones frontières et certains endroits sont fortement déconseillés aux étrangers. On nous a d'ailleurs imposé un guide et un garde armé en plus de notre chauffeur dans le parc du Siemen. A notre grande surprise, 2 hommes nous ont rejoints dans le 4x4 à l’entrée du parc. L’un d’eux s’est présenté comme le guide et l’autre comme garde armé pour nous protéger des animaux. Puis au gré des discussions nous avons compris que les populations locales très pauvres pouvaient se montrer agressives et dangereuses.

  • Parc National du SIEMEN

    Rencontres sur la route du Siemen

  • Une multitude d’enfants apparus soudainement dans le Parc du Siemen

  • Jour de chance, les babouins sont en groupe près de la route. Nous sommes à 3 800 mètres d'altitude.

Le lac TANA

Bahar Dar, ville moderne du nord de l'Ethiopie, est le point de départ vers les chutes du Nil Bleu et le lac Tana. Les 37 îles du lac abritent de nombreux et magnifiques monastères comme Ura Kidane Mehret, Bete Maryam...


Le lac Tana compte 37 îles éparpillées un peu partout. Parmi elles, 19 ont abrité ou abritent encore aujourd'hui un monastère. Le lac Tana fut, du 14e au 17e siècle, le centre névralgique de l'Abyssinie chrétienne. Les églises et monastères que l'on y trouve sont richement décorés de peintures et de trésors historiques, artistiques et religieux parfaitement conservés du fait de l'isolement des différentes îles. La structure architecturale de ces églises de forme arrondie requiert un entretien permanent, et il faut consolider et remplacer les parties en bois et les toits en chaume. De même, les peintures murales nécessitent des travaux de restauration importants. Les églises sont composées de trois parties : le sanctuaire intérieur et les déambulatoires intérieurs et extérieurs. L'enceinte extérieure du sanctuaire est habituellement ornée de magnifiques peintures sur toute sa longueur.


BETE MRYAM :

Départ en bateau pour une presque île du Lac Tana. Embarquement sur des rochers un peu compliqué mais il y a toujours quelqu'un pour vous aider. Après une heure de croisière tranquille, débarquement sur un embarquadère. J'ai réussi à marcher 600 mètres aller/retour par un très mauvais chemin en légère pente dans la forêt. Aidée de mon jeune guide pour franchir les racines et les pierres sur un chemin glissant. Mais quel plaisir de pouvoir visiter moi même cette église en plein office. Les hommes d'un côté, les femmes de l'autre.

  • 600 m à pieds dans un mauvais chemin pour accéder à l'Eglise la plus proche.

  • Églises Iles du Lac Tana

    Eglise orthodoxe de Bete Mariam

  • Prêtre Orthodoxe

  • Lac Tana - Embouchure du Nil Bleu

  • Les hippopotames dans l'embouchure du Lac Tana

Le NIL BLEU : Une source du Nil

Les chutes du NIL Bleu

Prenant sa source au lac Tana et s'étalant sur une longueur de près de 800 kilomètres à travers le pays, le Nil Bleu est le plus grand fleuve d'Éthiopie. Il est l'un des deux bras qui forment le Nil en rejoignant le Nil Blanc au Soudan. Le Nil Bleu et ses impressionnantes chutes sont sans surprise le site naturel le plus visité du pays. Situées à une trentaine de kilomètres en aval du lac TANA, les chutes du Nil Bleu se déversent à une quarantaine de mètres de hauteur sur 400 mètres de large. Elles représentent ainsi, après les chutes Victoria, les deuxièmes plus grandes chutes d'eau du continent africain. Elles offrent un paysage à couper le souffle dans un vrombissement permanent.

  • Chutes du Nil Bleu

  • Végétation autour du Lac Tana

  • Pont sur le Nil Bleu. Seul Pierre a pu s'y rendre à pieds !

  • Réparation dans la rue de notre 4x4

  • Problème de frein résolu : 1 clou, du fil de fer, une manivelle pour faire la forme!!!

  • Moi, je patiente devant le supermarché local...

  • La vérité, c'est aussi la misère

    Village en arrivant aux merveilleux paysages du Nil Bleu

  • Les maisons de bric et de broc

  • Le travail des enfants

Églises creusées dans le roc de Lalibela

Lalibela

Au cœur de l'Éthiopie, dans une région montagneuse, les onze églises monolithes médiévales de cette « nouvelle Jérusalem » du XIIIe siècle ont été creusées et taillées à même le roc près d'un village traditionnel aux maisons rondes. Lalibela est un haut lieu du christianisme éthiopien, lieu de pèlerinage et de dévotions.

Ancienne Cité Royale de Gondar

châteaux Fasiledes

Gondar, ville perchée à plus de 2200 mètres d'altitude, se situe à 400 km au nord d'Addis-abeba (1 h de vol) Elle fut la capitale de l'Ethiopie entre 1632 et 1855 notamment avec le roi Fassil. Haut lieu de la culture et de l'érudition, la cité a gardé de nombreux vestiges de son passé impérial.

Visite de l'Eglise de Debré Birhan.

L'une des plus belles églises en Ethiopie: Birhan Sélassié(1706) avec son célèbre plafond de peinture des anges ailés et les ornements de la Croix-Ethiopie. Superbes fresques 

Visite des châteaux Fasilede

Fortifications étonnantes. Des créneaux, des tours, on se croirait en Europe. A découvrir entre autres, les ruines de châteaux et de palais, à l'architecture étonnante, mélange d'influence européenne et locale. L'architecture des monuments s'inspire de l'architecture portugaise

  • Eglise Debré Birhan

  • Plafond de peinture des anges

  • Fresques

Les stèles d’Aksoum

Située au nord de l'Ethiopie, Aksoum, dans la province du Tigré, est l'un des grands centres religieux de l'Église éthiopienne orthodoxe. Cette cité mythique fut le centre de l'empire aksoumite entre le Ier et le VIème siècle après J.-C. La ville est réputée pour ses fameux obélisques, classés au patrimoine de l'Humanité par l'Unesco. Plus de 200 stèles et obélisques ont été mis au jour. Le plus grand, qui gît brisé en morceaux, mesure 33 mètres.

  • Le grand obélisque brisé de 33 m.

  • Eglise Ste Marie de Sion. Elle abriterait l'Arche d'Alliance et les tables de la loi...

  • Les restes du Palais de la Reine de Saba

Ethnie Dassanech

Voir ci-dessous la suite : Les tribus du SUD

ETHIOPIE (Sud) 2/2